© 2019, Damien Gillot. Tous droits réservés.

CHEVEUX AU VENT. 2013
 

Souche de bois flotté provenant de la Gaspésie (QC, CANADA) recouvert de feuilles d'or et de plastique thermo-rétractable. La base est une lame de scie industrielle datant de 1930.

Le tout est un petit clin d'oeil aux coupes à blanc, trop largement répendue au QUÉBEC, CANADA et dans le reste du monde.
 

SAGESSE. 2012
 
Cette oeuvre en apparence minimaliste est pourtant issue d'un questionnement de l'artiste sur la place de la spiritualité dans notre société d'aujourd'hui.

 

Cette sculpture a pour base une pierre bleue provenant de l'église SAINT SAUVEUR de MONTRÉAL (1865) surmontée par une planche de cerisier noir du Québec.

Cette dernière est travaillée de façon plus dure à sa base et s'affine de plus en plus, symbolisant l'élévation du soi.

Illustrant ainsi les valeurs solides d'autrefois face à celles d'aujourd'hui : l'individualisme dans un monde capitaliste.

JE ME SOUVIENS. 2012
 
Cette oeuvre dénonce l'exploitation des sables bitumineux. On y retrouve la planche de cèdre, que l'on détruit pour y extraire « le précieux liquide ». 

 

Le pistolet à essence pénètre et transperce le bois, comme une arme de destruction massive.

 

La planche plaquée de feuille d’or, avec la fameuse devise du Québec :“Je me souviens” représente le véhicule.

 

Ces trois éléments nous mènent à la 

question suivante : à qui le crime profite? Cette sculpture rappelle nos besoins 

besoins grandissant en consommation énergétique.

           

Que va-t-on laisser aux générations futures ?

Bois.