© 2019, Damien Gillot. Tous droits réservés.

Artiste préoccupé d’écologie, ma démarche consiste à questionner, par ma sculpture et mes installations, l'importance et la pertinence de consommer des produits locaux afin de préserver notre autonomie alimentaire tout en protégeant nos manufactures, nos fermes, donc tout notre riche patrimoine agricole et culinaire. 

 

A cette fin, je détourne l'utilisation domestique des ustensiles de table autrefois fabriqués au Canada (fourchettes et cuillères), que, par torsion à chaud, j'enroule autour d'une roche, d'une pierre ou d'un galet que j'ai prélevé auparavant en sillonnant le Québec depuis plusieurs années. Certaines des sculptures sont photographiées et imprimées sur des toiles de grands formats (taille humaine). Ces tableaux sont disposés au pourtour de l'installation, mettant en scène le jeu de “l'observateur observé”.

Au milieu de l'espace de la galerie, regroupées par vingtaine, les sculptures en suspensions créent un volume d'apparence immobile, formant une vague de légèreté. La sculpture observée de près par le visiteur curieux s'illumine et se met à danser soudainement, comme animée par une force invisible. En extrapolant, la sculpture lui dit que c'est en faisant le premier pas que l'on fait bouger ce qui semble l'immuable, dans ce contexte, nos habitudes de consommation, à savoir ici, dans le sujet qui me préoccupe.

 

Ce travail se regroupe en trois évocations du temps.

      Le passé, avec la roche, les galets, témoins d’un passé lointain, mais aussi l'ustensile récupéré qui est le plus souvent en argent ou en acierinox, et dont la dernière usine au Canada à produire cet objet usuel a fermé ses portes dans les années 1960. Provenant d’une démarche de récupération, ils sont devenus mes matériaux.

      Le présent, puisque pour réaliser ces sculptures, j'utilise la roche et l'ustensile qui appartiennent au passé et que je les recontextualise dans le moment présent. C'est aussi aujourd'hui, plus que jamais, que nous importons des quatre coins du monde non seulement les ustensiles et objets, mais aussi de plus en plus de denrées alimentaires qui pourraient être produites avec une meilleure valeur alimentaire et plus sécuritairement au Canada, au Québec.

       Enfin, l’exposition aborde le futur, puisque nos gestes du quotidien, comme ceux provoqués chez le visiteur, ont un impact, une conséquence sur le devenir de l’agriculture, de l’Humanité, à plus ou moins long terme. 

 

Mon rôle de créateur se situe à ce niveau, provoquer l'attention par l'insolite de l'objet, sa mouvance, susciter ainsi de la curiosité, des interrogations sensibles et ainsi un dialogue et la volonté de réagir. Il nous faut éveiller les jeunes qui sont la conscience d’aujourd’hui, les décideurs et consommateurs de demain pour assurer aux générations futures une autosuffisance alimentaire en retissant les liens entre nos producteurs, nos distributeurs et nos consommateurs.

Démarche artistique.